lundi 16 novembre 2015

Être prêt pour se lancer

La question qui trotte souvent dans la tête des personnes avant de commencer le régime sans lait ni gluten, ou régime Seignalet c'est: suis-je prêt?

Le régime présente tout de même de nombreuses évictions qui pourront être perçues comme autant de sacrifices et possibles frustrations qui s'ajoutent souvent, malheureusement, à un état de santé, un quotidien, une vie qui n'est plus très rigolote. Les patients en souffrance sont souvent stressés, déprimés, fatigués d'être toujours malade, de toujours souffrir et parfois même désespérés de ne pas avancer et de voir leurs perspectives de guérison s'amoindrir de jour en jour.

Dans ces conditions, comment se préparer à faire le pari d'une nouvelle alimentation?

Je dirais qu'être prêt à arrêter de manger ce qui nous empoisonne, c'est comme arrêter de fumer. Vous savez que manger de la glu (gluten) et des clous (produits laitiers), c'est mauvais pour vous, vous savez que d'autres ont réussi à franchir le pas, vous aurez même pu constater qu'en général ces personnes sont très contentes de l'avoir fait et ne sont pas revenues en arrière, mais, évidemment, ça demande des efforts. 

Imaginez une balance à plateaux avec d'un côté les bonnes raisons de commencer cette alimentation, de l'autre, vos appréhensions.

Il faudra attendre que la balance penche du bon côté pour se lancer. À chaque nouveau témoignage encourageant, à chaque fois que vous sentez que vous vous sentirez ballonné, pas bien, la balance du "pour" s'alourdira. Ce qu'il faut faire en parallèle, si vous voulez être prêt à commencer ce régime, c'est faire en sorte que le côté "contre" soit allégé.

Surmontez vos appréhensions
N'ayez pas peur des carences, il n'y en a pas dans ce régime, vous continuez à consommer des céréales, des sources de calcium, au contraire, il va vous permettre d'avoir une alimentation bien plus saine et variée. N'ayez pas peur d'avoir faim, vous pourrez continuer les féculents (riz, pommes de terres, lentilles...) qui calent plutôt bien. N'ayez pas peur de grossir, c'est normalement l'inverse qui se produira. N'ayez pas peur de ne rien pouvoir manger: il vous reste toutes les viandes, tous les fruits, les légumes et les légumineuses... 

Souvenez-vous qu'il suffit de 3 à 6 mois pour tester les effets du régime, que vous pouvez vous lancer progressivement. C'est finalement peu quand on a une maladie chronique à vie.

Documentez-vous
Lisez les ouvrages des Dr Seignalet, père et fille, allez sur le site internet de leur association, lisez celui de Magnien Réduire au silence 100 maladies. Surfez sur la toile, vous y trouverez pléthore de témoignages, blogs, sites perso tout en veillant à bien vérifier que les personnes qui témoignent aient bien respecté le régime dans sa globalité (elles n'ont pas fait d'écarts) et l'ont bien essayé au moins 3 à 6 mois.
Il existe un groupe Facebook du Dr Seignalet, inscrivez-vous et posez vos questions. Faites-vous votre propre opinion en rassemblant des faits et des témoignages proches de votre cas.

Parlez-en à vos proches
C'est important que les personnes qui vivent sous votre toit soient convaincues ou ne serait-ce qu'ouvertes au fait que cette alimentation peut vous être grandement bénéfique afin qu'elles vous soutiennent. Ouvrez le dialogue avec vos enfants, votre conjoint, vos proches qui doivent probablement eux aussi souffrir de vous voir malade. Faites de ce régime un chalenge pour toute la famille (qui pourra toujours aller au Mc Do dans votre dos). Ils seront probablement ravis de voir leur acné disparaitre avec l'abandon des produits laitiers, leur ventre grassouillet retrouver sa fermeté, leurs ballonnements et autres tracas digestifs s'envoler.


Pour conclure, on est prêt à se lancer quand on est convaincu que cette alimentation peut améliorer, voire réduire à néant l'affection dont on souffre. On est prêt quand on a trouvé la motivation de se lancer, que ce soit parfois par désespoir ou par une conviction solidifiée par vos lectures. On est prêt quand notre entourage nous soutient et qu'on se sent encouragé. On est prêt quand on sait par où commencer et où trouver des informations fiables pour ne pas se tromper.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire